Parc National de l'Upemba
| Le Parc | Histoire | Activités | 

Une biodiversité d’une grande richesse malgré le braconnage et les activités minières illégales

Situé au cœur du Katanga, la province la plus prospère de la RDC, le Parc National de l’Upemba comprend d’immenses plateaux d’altitude couverts de savanes, de miombo et de plaines d’inondations. Créé en 1939, il abrite, dans ses plus de 10 000 km2, une faune caractéristique du plateau central zambézien, dont les seuls zèbres de la RDC. Son histoire a toujours été marquée par le braconnage et les activités minières illégales. Plusieurs espèces, comme le rhinocéros noir, sont localement éteintes et d’autres, comme les éléphants, ont atteint des seuils critiques. Malgré cela, le Parc National de l’Upemba conserve toujours une grande biodiversité et maintient son potentiel de récupération écologique.

D’une surface de 10 000 km2, le Parc National de l’Upemba est situé dans la province minière du Katanga au sud-est de la République Démocratique du Congo, dans l’écorégion des savanes du Miombo Central Zambézien, un complexe de savanes herbeuses d’altitude situées sur de hauts plateaux (de 1600 m à 1800 m), de plaines d’inondation et de collines couvertes de forêt claire appelée miombo. Il est traversé par la rivière Lufira.

Habitats et végétation

Les habitats du parc peuvent se regrouper en deux grands ensembles. D’un côté, les plateaux élevés, où l’on trouve du miombo sec et humide, des savanes arborées et steppiques, des buissons, des gorges et des fourrés. D’un autre côté, les plaines d’inondation, situées surtout le long des rivières, autour des lacs et sur les plateaux mal drainés.

Faune

Le Parc National de l’Upemba abrite une grande diversité de mammifères, qui ne représentent aujourd’hui qu’une infime fraction des multitudes d’animaux qu’il comptait autrefois. Globalement, les populations de grands mammifères ont diminué de façon abrupte durant les cinquante dernières années. Plusieurs espèces, comme le rhinocéros noir, sont localement éteintes et la présence d’autres, comme le lion, le guépard ou l’hyène tachetée, ne peut malheureusement pas être confirmée.

Malgré le braconnage, quelques grands groupes d’éléphants (de l’ordre de quelques centaines) vivent toujours dans les environs du lac Upemba, le long de la vallée de la Lufira. Parmi les ongulés, l’on trouve également l’unique population de zèbres de la RDC ainsi que l’endémique lechwe de l’Upemba, de multiples espèces d'antilope, le potamochère ou l’hippopotame.

Bien que les populations de grands carnivores comme le lion, le guépard ou la panthère sont quasiment éteints localement, l'on y trouve encore de plus petits carnivores tels le chacal à flancs rayés, le caracal, le serval, la loutre du Congo ou le chat sauvage sont présents dans le parc, s’alimentant de petits et moyens mammifères, encore relativement abondants. Le parc abrite également une grande variété d’oiseaux.

SUPERFICIE PROTEGEE
10 000 km2
HABITATS PROTEGES
Plateaux d’altitude couverts de savanes, de miombo et de plaines d’inondations
ESPECES EMBLEMATIQUES
Zèbre, Lechwe de l’Upemba (endémique), Antilope rouanne, Buffle, Eland, Grand koudou, Cob des roseaux, Potamochère, Hippopotame
CREATION
1938
GESTION
Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) et la Société Zoologique de Frankfurt (SZF)
DONNEES
CCR / JRC
PHOTOS
© 2013 Commission Européenne