Observatoire volcanologique de Goma
| Présentation | Contexte | Risques |

L’Observatoire volcanologique de Goma est une institution dépendante du ministère de la Recherche Scientifique de la RDC dont la fonction principale est la prévention et la réduction des risques naturels liés à l’activité volcanique dans la région du Nord Kivu. L’éruption du volcan Nyiragongo en 2002 ainsi que d’autres catastrophes naturelles également dues à l’instabilité géologique de la région ont causé énormément de morts et de dégâts matériels. Elles ont démontré de manière évidente que l’Observatoire, délaissé par les administrations après les années de guerre civile, était un outil indispensable pour faire face aux risques naturels liés à l’activité volcanique. C’est ainsi que différents partenaires internationaux se sont mis d’accord avec le ministère de la Recherche Scientifique pour fournir un appui technique et institutionnel à l’Observatoire.

Monitoring des volcans

Sur la base des informations fournies par le suivi des volcans Nyamulagira et Nyiragongo, l’Observatoire est en mesure de proposer des scénarios plus ou moins probables ou possibles, et de planifier en conséquence les mesures de protection civile à court et moyen termes.

Formation du corps technique et scientifique national

Renforcer la capacité scientifique des chercheurs de l’OVG est actuellement la principale priorité du projet. À cette fin, des formations leur sont régulièrement proposées en collaboration avec les différents partenaires de l’Observatoire.

Sensibilisation et communication à destination du public

Dans des milieux exposés à des aléas naturels, l’éducation est essentielle pour faire comprendre à la population les risques auxquels elle est exposée. Une fois le risque compris et assumé, la capacité de réaction augmente. La réponse face à une éventuelle catastrophe peut ainsi être correctement dirigée.

Communication à destination des autorités

La sensibilisation des autorités et des acteurs impliqués dans la protection civile est une tâche extrêmement importante. La rapidité et l’adéquation de la réponse sécuritaire en cas d’aléa naturel en dépendent. Elle devrait aussi orienter l’aménagement urbanistique de la ville de Goma afin d’éviter que l’on construise dans des zones exposées.

PHOTOS
© 2013 Commission Européenne