ICCN

Présentation

L'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) est une entreprise publique à caractère technique et scientifique, doté d'une structure paramilitaire, d'une personnalité juridique et d'une autonomie de gestion, placée sous la tutelle du Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme.

L’ICCN tire ses origines de l'Institut des Parcs Nationaux du Congo Belge (IPNB), créé en 1934 pour gérer les aires protégées du Congo colonial. Depuis lors, cette Institution a plusieurs fois changé de nom : IPNB en 1934, Institut des Parcs Nationaux du Congo (IPNC) en 1967, Institut National pour la Conservation de la Nature (INCN) en 1972, Institut Zaïrois pour la Conservation de la Nature en 1975 et finalement Institut Congolais pour la Conservation de la Nature en 1997.

Sa mission est d’assurer la protection de la faune et de la flore dans l’ensemble des aires protégées de la RDC, de favoriser la recherche et le tourisme en leur sein et de gérer les stations de capture et domestication.

Le Patrimoine naturel de la République Démocratique du Congo géré par l’ICCN comprend 7 Parcs Nationaux et une cinquantaine de Domaines de Chasse et Réserves couvrant approximativement 11 % du territoire national. Ce réseau d’aires protégées s’étend du Nord au Sud et d’Est à l’Ouest en occupant d’importantes superficies dans chaque province du pays. Il comprend notamment cinq Sites du Patrimoine Mondial (Parc National des Virunga, Parc National de la Garamba, Parc National de Kahuzi-Biega, Parc National de la Salonga, Réserve de Faune à Okapi) et trois Sites RAMSAR (Parc National des Virunga, Parc des Mangroves, et Lac Télé-Lac Tumba).

Mission

L’action de l’ICCN s’organise autour des cinq domaines suivants :

- Protection de la biodiversité dans l’ensemble des aires protégées de la RDC, notamment par le biais de la lutte contre les activités illégales qui affectent ces sites (braconnage, creusage illégal, pèche illégale, déforestation, colonisation, agriculture et élevage illicites, etc.) ;
   
- Développement du Tourisme de nature et cynégétique ;
   
- Recherche et monitoring, afin d’assurer le suivi de la biodiversité dans l’ensemble du réseau des aires protégées ;
   
- Conservation communautaire;
   
- Information et communication environnementale et sur l’action de l’ICCN.

Organisation

La structure générale de l’ICCN se compose de trois niveaux de gestion :

- La Direction Générale (DG) assure les fonctions de conception, de coordination interne et externe ainsi que de gestion centrale de l’Institut. La DG comprend le Secrétariat, la Cellule d’Audit, la Cellule de Coopération Internationale et Planification, le Système de Gestion de l’Information des Aires Protégées (SYGIAP) et les différentes Directions : Administrative, Financière, Technique et Scientifique
   
- Les Directions provinciales (DP) jouent un rôle de coordination des sites et de relais de la DG vers les sites. A ce jour, cinq directions provinciales sont mises en place : La DP du Nord Kivu à Goma, La DP du Sud Kivu à Bukavu, la DP du Katanga à Lumumbashi, la DP de la Province Orientale à Kisangani et la DP de l’Equateur à Mbandaka
   
- Les sites assurent les fonctions opérationnelles sur le terrain. Ils sont généralement dirigés depuis la station du site (le quartier général) par un Conservateur secondé par un conservateur assistant. C’est à ce niveau que le corps paramilitaire de gardes  de l’ICCN accomplit sa mission de lutte contre les activités illégales dans les aires protégées.

Deux plateformes de coopération ont été mises en place afin d’appuyer l’ICCN :

- La Coalition pour la Conservation au Congo (CocoCongo), dont l’objectif est de renforcer les capacités de l’ICCN et les mécanismes de partenariat pour la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Conservation des Aires Protégées et du Plan Stratégique d’action correspondant.
   
- Le Comité de Coordination du Site (CoCoSi), dont les tâches sont de planifier, coordonner et assurer le suivi ainsi que l’évaluation des activités du plan d’opération du site, de veiller à l’harmonie des relations entre partenaires dans le site, d’encourager les échanges d’expériences avec les autres sites, etc.

Réforme institutionnelle de l’ICCN

Un processus de réforme institutionnelle a été engagé au sein de l’ICCN afin de renforcer sa capacité à assurer la conservation et la gestion durable de la biodiversité dans le réseau des Aires Protégées de la RDC, en coopération avec la Commission européenne.

Dans le cadre de cette réforme, l’ICCN a absorbé depuis 2010 les compétences de l’Institut des Jardins zoologiques et botaniques du Congo, et assure maintenant également la gestion de centres de conservation ex situ du pays.

En savoir plus sur l'ICCN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2013 Commission Européenne