Focus thématiques

Le processus REDD+ en RDC

Le processus REDD+ est un mécanisme impulsé notamment par les pays en développement qui nait dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Partant du principe que la déforestation a lieu principalement dans la zone intertropicale et qu’elle est responsable de 15% à 25% des émissions mondiales de CO2, les propositions de REDD+ visent essentiellement à récompenser financièrement la réduction de la déforestation et l’application de politiques de protection et de gestion durable des forêts tropicales.

Selon la FAO, les forêts de la RDC stockent environ 8% du carbone forestier au niveau mondial, tandis qu’à l’échelle nationale, la destruction des forêts émet 50 fois plus de gaz à effet de serre que l’utilisation des énergies fossiles. Cela justifie amplement l’implication de la République Démocratique du Congo dans les négociations internationales climatiques, notamment dans leur volet visant à protéger les forêts tropicales. La mise en œuvre de REDD+ offre au pays un énorme potentiel financier et économique et une opportunité d’impulser de nouvelles stratégies de développement.

Depuis janvier 2009, la République Démocratique du Congo s’est engagée, en partenariat avec les programmes ONU-REDD(Nations Unies) et FCPF (Banque Mondiale), à développer une stratégie de REDD+ d’ici à 2012, avec les objectifs de contribuer à l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre, de réduire la pauvreté et de gérer durablement ses ressources forestières, en prenant en compte la valorisation des services environnementaux.

Chronologie du processus

1992 : Sommet de Rio

La communauté internationale adopte la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques.

1997 : Protocole de Kyoto

Adoption d’une série de compromis de réduction des gaz à effet de serre (EGES) pour les pays développés. Une dispense est accordée aux pays émergents et en développement.

Dans le cadre des négociations pour l’après-Kyoto (après 2013), des initiatives émergent pour impliquer davantage les pays en développement dans les efforts à fournir pour atténuer les changements climatiques. C’est dans ce cadre qu’apparaissent les propositions de REDD.

2005 : Conférence de Montréal

Une coalition de 33 pays forestiers intertropicaux (Coalition for Rainforest Nations), conduite par la    Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Costa Rica présente un projet de REDD.

2006 : Entrée en scène de la Banque Mondiale avec la création de la Global Forest Alliance

2007 : La Banque Mondiale met en place le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier.

Conférence de Bali : le Plan d’action issu de la Conférence recommande d’incorporer la REDD comme mécanisme essentiel pour la lutte contre le changement climatique.

2009 : Conférence internationale sur le changement climatique de Copenhague.

Début du processus REDD en RDC.

2011 : Plus d’une quinzaine de pays de la zone forestière intertropicale, avec l’appui du programme UN-REDD et/ou du FCPF, ont commencé à développer leurs stratégies nationales de Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts

Articles Remarquables

Changement climatique : faut-il récompenser la « déforestation évitée »?

Dans la perspective de l'après-Kyoto, de nombreuses propositions ont été formulées pour la mise en place d'un mécanisme multilatéral permettant de récompenser par des actifs monnayables les réductions d'émissions de gaz à effet de serre provenant de la déforestation. Mesurer ces réductions en termes de " déforestation évitée " conduit à identifier trois problèmes récurrents : la légitimité de l'extrapolation à partir de tendances historiques ; la capacité d'estimation des scénarios de référence de type prédictif ; enfin, la possibilité réelle d'imputer à différentes politiques publiques la baisse du taux de déforestation et, plus encore, d'en mesurer l'effet net. Le risque est réel pour qu'un tel mécanisme soit fortement générateur de réductions fictives d'émissions. Il semble plus avisé de renforcer les instruments multi- et bilatéraux existants, et de viser la suppression des " incitations perverses " à la déforestation dans les politiques publiques des pays tropicaux.

Auteurs : Alain Karsenty (CIRAD) et Romain Pirard (Université d'Auvergne)

Publié dans : Natures Sciences Sociétés, Volume 15, Numéro 4, Octobre-Décembre 2007

> Lire l'article

REDD en RDC : menace ou solution ? Le plan national REDD développé en RDC saura-t-il fixer un nouveau cap pour les forêts, les populations et le climat ?

Sachant que la mise en œuvre du processus REDD constitue une opportunité d’impulser des réformes dans le secteur forestier et l’élaboration de nouvelles stratégies de développement pour la RDC, Greenpeace préconise une démarche plus laborieuse dans l’élaboration de la stratégie nationale REDD.
« Ce processus qui se veut participatif, comme le déclare René Ngongo, Conseiller Politique Greenpeace Afrique, doit prendre en compte les préoccupations des communautés locales et autochtones, premières gardiennes des forêts ».

Auteur : GREENPEACE

Date de publication : Novembre 2010

Lire l'article

 
Sur le net
Programme des Nations Unies pour la Réduction des Émissions liées à la Déforestation et à la Dégradation dans les pays en développement (UN-REDD)
Programme UN-REDD en République Démocratique du Congo
Mécanisme de Partenariat pour le Carbone Forestier de la Banque Mondiale (FCPF)
Global Canopy Programme, une alliance internationale d’institutions scientifiques qui travaille pour la protection des forêts tropicales

Vidéos

Documentaire sur le Programme REDD
des Nations Unies (UN-REDD)

Documentaire
sur le processus REDD en RDC

Articles Remarquables

Potentiel REDD + de la RDC

Rapport préalable sur le potentiel (de réduction des EGES, écologique, financier, etc.) de REDD de la RDC

Auteurs : Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme par la Coordination
nationale du Programme UN-REDD (CN-REDD)

Date de publication : Décembre 2009

Présentation du processus REDD+ en RDC

Auteur : Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme

Date de publication : 2010

La situation des forêts dans le bassin amazonien, le bassin du Congo et l’Asie du Sud-est

Rapport préparé pour le Sommet des trois bassins forestiers tropicaux. Brazzaville, République du Congo | 31 mai–3 juin 2011

Auteur : FAO

Déclaration d’intention conjointe sur REDD+ dans le bassin du Congo entre les pays d’Afrique Centrale et les pays partenaires

Auteur : PFBC

© 2013 Commission Européenne