Focus thématiques

Le développement de filières durables d’approvisionnement en bois de chauffe

Le bois de feu et le charbon de bois constituent la principale source d’énergie en Afrique centrale et leur consommation ne cesse d’y croitre. Selon les estimations, en République Démocratique du Congo, le bois énergie représente environ 85 % de la consommation énergétique totale du pays et 90 % des prélèvements ligneux sur les forêts et les espaces boisés périurbains (l’Etat des forêts, OFAC, 2008). On estime également que, dans la province de Kinshasa, 60 000 ha de forêts sont exploités par les communautés villageoises riveraines de la capitale et par des charbonniers provenant de la ville ; exploitation qui permet non seulement d’approvisionner la ville en bois énergie, mais qui constitue aussi une source de rétribution monétaire essentielle pour de nombreuses familles dans un contexte d’extrême pauvreté et de manque d’appui de la part des pouvoirs publics.

Cependant, l’exploitation informelle des forêts s’effectue généralement sans tenir compte de l’importance d’une gestion rationnelle des ressources naturelles.  On assiste ainsi à une dégradation progressive des écosystèmes forestiers, voire dans certains cas à une déforestation totale dans les espaces périurbains. Les impacts écologiques se trouvent à tous les niveaux : changements climatiques, perte de biodiversité, désertification ou encore processus négatifs liés au carbone. Au-delà des impacts écologiques, les impacts économiques et sociaux de la dégradation des ressources naturelles forestières sont tout aussi importants : pénurie énergétique, hausse des prix, exode rural, paupérisation, conflits fonciers, etc.

Globalement, la problématique du bois énergie n’est pas encore devenue une priorité pour les programmes de foresterie. En RDC, le nouveau code forestier (2002) concerne peu le bois de feu, essentiellement issu de forêts hors concessions (art. 102). Toutefois, dans le cadre des politiques nationales et internationales de lutte contre le changement climatique, les questions liées à l’approvisionnement en bois de feu ne peuvent plus être ignorées. De plus en plus, des organismes internationaux, des ONG, des institutions de recherche voire même des entrepreneurs ruraux, prennent conscience de l’importance d’appréhender cette problématique dans toute son ampleur pour trouver des solutions durables au défi de l’approvisionnement en énergie de millions de personnes, qui dépendent d’une gestion durable de la ressource ligneuse.

Articles Remarquables
Forêts périurbaines et bois énergie: Quels enjeux pour l’Afrique centrale ?

Ce chapitre de « l’Etat des forêts, 2008 » est axé sur la problématique de l’approvisionnement énergétique des populations urbaines de l’Afrique centrale, qui dépendent essentiellement du bois de feu et du charbon végétal pour se chauffer et cuisiner. Les forêts, en particulier périurbaines, jouent un rôle essentiel dans la fourniture de ces ressources. Des filières informelles d’approvisionnement se sont progressivement développées, faisant peu de cas d’une gestion durable de la ressource ligneuse.

Auteur : Jean-Noël Marien

Publié dans : l’Etat des forêts, 2008. OFAC

Lire l'article
L’état de l’art du bois énergie en RDC : Analyse institutionnelle et socioéconomique de la filière bois énergie

Le projet Makala est une initiative coordonnée par le CIRAD et financée par la Commission européenne, dont l’objectif principal est de contribuer à sécuriser la ressource en bois pour l’approvisionnement en énergie de deux villes de la RDC et une ville du Congo, par une amélioration de la gestion des forêts et de l’efficacité de la transformation énergétique, en vue d’augmenter durablement le niveau de vie des populations locales. Ce rapport, élaboré par le CIFOR, se penche sur le cadre institutionnel et les questions socioéconomiques associées à la production, au commerce et à l'utilisation du bois énergie, dans et autour des villes de Kinshasa et Kisangani.

Auteurs : Projet Makala (CIFOR) 

Lire l'article
Nouvelles perspectives pour les plantations forestières en Afrique centrale

À travers une brève description de quelques cas significatifs, le présent article rappelle l’importance et la diversité des travaux menés sur les plantations, tant en recherche qu’en développement. Il analyse les perspectives nouvelles en matière de plantations forestières. Le savoir accumulé depuis plus de 50 ans par les forestiers et les chercheurs sur les plantations d’espèces forestières, notamment pour la production de bois de feu, mais aussi pour la production de bois d’œuvre et de biomasse, est impressionnant et ne demande qu’à être actualisé et valorisé. 

Auteurs : Jean-Noël MARIEN  et Bernard MALLET

Publié dans : Bois et forêts des Tropiques, 2004, N. 282 (4)

Lire l'article
De la culture itinérante sur brulis aux jachères enrichies productrices de charbon de bois, en République Démocratique du Congo

Le projet Mampu a été conçu comme la phase pilote d’un projet de reboisement de 100 000 hectares sur les sols sableux du plateau du Batéké (RDC) pour faire face à la pénurie de bois de feu et de charbon de bois. De 1987 à 1993, environ 8000 ha de plantations d’Acacia auriculiformis ont été réalisées  et actuellement la plantation est divisée en lots de 25 ha attribués à des familles d’agriculteurs. La culture se fait suivant un modèle agroforestier de jachère améliorée, inspiré du modèle traditionnel de culture sur brulis. Cet article présente les résultats exemplaires obtenus jusqu'à présent par le projet Mampu.

Auteurs : Régis PELTIER, Franck BISIAUX, Emilien DUBIEZ, Jean-Noël MARIEN, Jean-Claude MULIELE, Pierre PROCES et Cédric VERMEULEN

Publié dans : ISDA, 2010

> Lire l'article

Plantations industrielles et agroforesterie au service des populations des plateaux Batéké, Mampu, en République démocratique du Congo

A Kinshasa, la consommation en bois énergie est estimée dans une fourchette de trois à six millions de tonnes d’équivalent bois énergie par an. Le projet Mampu a été conçu comme la phase pilote d’un projet de reboisement de cent mille hectares sur les sols sableux du plateau Batéké pour faire face à la pénurie de bois et de charbon. À partir de 1998, la plantation de Mampu a été divisée en lots de 25 ha attribués à 320 familles d’agriculteurs. Le succès du projet incite à appliquer ce modèle sur les savanes des plateaux Batéké. Cependant, d’autres modèles de systèmes agroforestiers méritent d’être testés ou développés dans les autres conditions écologiques et socio-économiques du pays. 

Auteurs : Franck BISIAUX, Régis PELTIER et Jean-Claude MULIELE

Publié dans : Bois et forêts des tropiques, 2009, N. 301 (3)

> Lire l'article

Videos

Interview: Kiganahe Gabriel,
producteur de charbon végetal au Nord Kivu, RDC
IFDC - Mars 2010

Photos
 

Expertise
L’État des forêts 2008

Version digitale de « l’État des forêts 2008 », qui contient de nombreuses informations sur la problématique du bois énergie en Afrique centrale.
Bois et forêts des tropiques

La revue du CIRAD « Bois et forêts des tropiques » diffuse, dans plus de soixante pays, les connaissances et les résultats de recherche sur les forêts de régions chaudes. La revue publie des articles et des informations sur la filière forêt, sur la gestion multifonctionnelle des espaces ruraux et forestiers et sur les approches environnementales qui en découlent. De nombreux articles sur le sujet du bois énergie de la forêt tropicale sont disponibles online

 

© 2013 Commission Européenne